VILLE DE LA MACHINE

Site officiel


Rétro 1997-2006

Retour dans le passé du Grand Prix cycliste de La Machine


Scan10052.JPG

 

Mardi 16 août 2006, le Grand prix cycliste de La Machine a fêté son demi-siècle d'existence. Pour marquer l'événement, nous vous proposons une rétrospective des épreuves passées, décennie par décennie. Cinquième et dernier volet de la saga : 1997-2006.

1997 Un Martinez vainqueur à La Machine, voilà qui restera dans les archives. Ecartelé entre le VTT où il est à l'aise et le vélo traditionnel où il est capable de jouer les premiers rôles sur le plan national, Raphaël Martinez n'a pas eu à choisir, les circonstances l'ont fait pour lui. Une chute suivie de son abandon au Tour de France VTT à deux jours de l'arrivée l'ont contraint à se fixer d'autres objectifs. Il a gagné à La Machine après avoir axé sa préparation sur la course-phare de la Nièvre.

1998 Jacek Bodyk, déjà vainqueur en 1994 et deux places deuxième, l'an dernier et l'année d'avant a récidivé dans la cité machinoise où ses compatriotes sont pour l'éternité. A noter que Jean-Pierre Duracka avoir connu à deux reprises la victoire, entrecoupé par trois places de troisième a décroché une nouvelle place sur le podium, celle qui n'avait jamais obtenu jusqu'à présent, la deuxième.

1999 Le critérium reste un bon rendez-vous annuel. Si le peloton des engagés n'atteint plus le chiffre des années 1980, l'épreuve demeure malgré tout d'un haut niveau et le spectacle conserve sa tenue. Le Corrézien Pascal Peyramaure, ex-professionnel ne dépare pas au palmarès. Une course qui lui tenait à cœur. C'est au sprint qu'il a disposé d'un ancien vainqueur du TNM, Marc Thévenin.

2000 Comme depuis six ans, l'épreuve machinoise a été animé au micro par Guy Page, le speaker bien connu dans tout le centre de la France. En vieux briscard, Guillaume Lejeune s'est imposé au sprint avec autorité devant Sébastien Bordes et Bertrand Mercier. Les organisateurs se battent avec cœur pour maintenir son cachet au grand Prix. Ils réussissent ma foi fort bien au niveau de la participation. Hélas, le public ne suit plus. On ne se bouscule plus et on ne se l'explique pas côté organisation.

2001 Pour son 45ème anniversaire, l'épreuve sera à nouveau haute en couleurs. Le bleu, le blanc et le rouge sont les teintes dominantes puisque le champion de France Nicolas André (CC Etupes) a « promené » son vélo sur le macadam machinois parmi les trente neuf coureurs engagés. Pascal Peyramaure, s'est, une nouvelle fois, illustré devant Bertrand Mercier et Guillaume Lejeune, le dernier vainqueur.

2002 C'était un peu la piste aux étoiles, lors de cette édition car une grande partie des meilleurs français s'alignaient au départ avec notamment la participation du Machinois Fabien Kaplon. Au final, le Nivernais de Roanne, Stéphane Auroux s'est adjugé de belle manière, l'édition. Il a devancé de quelques mètres, sur la ligne d'arrivée, le vainqueur de l'édition 2001 et 2000, Pascal Peyramaure  et Benoît Luminet.

2003 Petit peloton avec vingt neuf coureurs seulement au départ. Mais comme l'a souligné le speaker Guy Page, au sommet de son art, il n'y avait pas la quantité, mais il y avait, c'est sûr, la qualité. Le Roannais François Norce (CR4C Roanne) s'est imposé au finish devant Derangère et Kaszuba.

2004 Le CR4C Roanne encore vainqueur du critérium de La Machine. Après Stéphane Auroux, en 2002, François Norce en 2003, Ludovic Renaud qui s'est montré le plus prompt devant un public nombreux. Malin comme un singe, Ludovic Renaud s'arrachait dans les derniers mètres et réglait au sprint Martial Locatelli et François Norce.

2005 Cinquante coureurs au départ avec des noms de renom, comme les Kazak Maxime Gourov et Yevgeniy, le Canadien Jean-François Laroche, l'Australien, Kieran Cameron, le champion de France 2000, Romain Mary, le vainqueur du TNM, Benoït Luminet... Au final, le sociétaire de Saint-Cyr Tours Val de Loire, Yan Sartis termine devant Jérôme Bonnace de l'UC Châteauroux et Stefan Ravaleux de l'AC Val d'Oise.

2006 Qui pour ce cinquantenaire ??? Cette édition sera exceptionnelle avec, en lever de rideau, pour donner encore plus de couleurs à cette épreuve, l'apport d'un grand prix féminin avec la venue de Magalie Finot-Laivier, voire Jeannie Longo...