VILLE DE LA MACHINE

Site officiel


Le Port de la Copine, le Rio Gaillard

Jusqu'en 1841, le charbon était acheminé à dos d'âne, puis par chariot, jusqu'au port de la Charbonnière à Saint Léger des Vignes et évacué par la Loire.

Afin de faciliter la commercialisation, un autre mode de transport fut mis en place à partir de cette date. On a tendance à croire que le chemin de fer est né avec la vapeur !!

Bien avant, les hommes ont compris que circuler sur un chemin constitué de deux lignes parallèles permettait de déplacer des charges beaucoup plus importantes avec un seul cheval.

Des travaux furent entrepris à partir de 1841, partant du puits des Zagots, empruntant le vieux tunnel puis les cinq écluses sèches qui compensaient la forte déclivité du terrain, jusqu'au lavoir du Pré Charpin, via le Rio Gaillard sur une distance de voie principale de 6.380 m.

Ce lieu devint le principal centre commercial des houillères et employait plus de 40 personnes. Là, le charbon transitait par le canal du Nivernais, le canal latéral à la Loire, par la ligne directe reliant le Creusot, ou alimentait les particuliers de la région.

Ce n'est qu'en 1873, que la Compagnie Schneider remplaça les chevaux par des locomotives à vapeur (qui supprimeront les écluses sèches) tout en conservant le même tracé.

Port_de_La_Copine.jpg